Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 20:12
OU COURS-TU COMME CA ?  acte2

OU COURS-TU COMME CA ?

 

« Mais tu cours où comme ça ?

 

J’étais seul  sur mon trottoir, et cette voix interrogative ne pouvait venir d’un ou d’une collègue de travail, car elle était jeune, fluette, un peu aiguë, et sans être sûr que l’on s’adressait à moi, je continuais mon chemin.

 

« MAIS TU COURS OU  comme ça ?

 

La voix était plus forte, plus insistante et force m’était de convenir qu’on me posait bien une question.

Je m’arrêtais, tant pis pour le retard.  En me retournant je vis au loin deux  chaussures  noires surmontées de bas blancs, et une jolie jupe à la « Desigual «  des années trente, mais, sans mes  lunettes, tout était un peu flou ; je pris la peine alors en fouillant dans mon cartable, parfait accessoire du petit cadre qui file bien sagement à son job, de chausser  sur mon nez ces instruments, premières marques de l’âge et je vis alors sur le muret, au-dessus de ces dessins, ELLE.

 

Jeune fille ou enfant, je me posais la question et avant de pouvoir  y  répondre elle me dit :

 

« Mais tu cours ou comme ça ? J’habite là et je suis grande, j’ai 10 ans.

 

Son visage en effet était très fin, et en m’approchant je vis ses yeux très bleus, un peu espiègle, un joli petit sourire à la fois intéressé, interrogatif, de jolies pommettes sur lesquelles le temps n’avait pas encore fait son œuvre, et un nez qui dénotait un peu dans l’ensemble , car un peu grossier je l’avoue et qui surmontait une bouche, o surprise, délicatement maquillée, d’un rouge grenade. Le plus remarquable était ce petit chapeau enfoncée sur sa tête et qui me rappelait un des nombreux portraits d’Ilya  REPINE.

 

« Bonjour  je vais au travail et comme je suis  déjà en retard je ne vais pas pouvoir te parler longtemps

 

«  C’est quoi le travail ?

 

« C’est un peu comme toi à l’ école, mais on me paye un peu pas assez surement.

 

Je me doutais bien que tous ces termes étaient passablement inconnus pour elle, et lui faisant un petit bonjour de la main, je repris mon chemin vers mon bureau ; je n’ai pas entendu ce qu’elle m’a répondu et j’avoue que je l’ai vite oublié.

 

Ce n’est  que le soir en repassant devant cette sorte de muraille, que je fus un peu déçu de ne pas la retrouver et de démarrer un dialogue qui m’avait laissé un gout d’inachevé.

 

Toute la semaine je restais sur ma faim, car je ne la revis plus sur son mur, et j'en devenais presque triste.

 

Et puis un beau matin, de nouveau elle était là. Allait-elle m’interpeller ou m’avait-elle gommé de son esprit ?

 

« Tu cours où  comme ça ? Encore à ton travail ?

 

Non seulement elle se souvenait de moi mais  savait que j’allais au travail, et c’est je pense ce qui m’a le plus troublé.

 

« Comme tous les jours, tu vois je vais au travail, mais il y a longtemps que je ne t’ai pas vu. Tu étais à l’école ?

 

«  C’est quoi l’école ?

 

« Je suis désolé mais je n’ai vraiment pas le temps, par contre ce soir à la sortie de mon bureau, si tu es là nous pourrons parler de tout cela.

 

« C’est quoi un bureau ?

 

Comme la première fois je fis un signe de la main et m’éloigna rapidement  car ses questions étaient  extrêmement  bizarres. La journée passa trop lentement car je n’avais qu’une idée en tête, percer le mystère de cette enfant, et par la même de cette demeure.

 

Très calmement je pris le chemin de la gare, et je la vis de très loin sur son muret, toujours avec la même tenue, exactement au même endroit que ce matin, et je devinais son sourire. J’étais ravi car j’avais ce soir-là tout mon temps.

 

« Tu rentres chez toi maintenant ? C’est ou chez toi ?

 

 

Acte 2

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : DE LA LIBERTE DE PENSER
  • : Un blog est un endroit visible par tous ou on peut livrer ses pensées, ses coups de coeur, ses coups de gueule.
  • Contact

Recherche

Liens