Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 15:26
           
Empereur2.jpg

Je déteste mon téléphone depuis le 02 septembre ou j’ai lu par texto que tu nous avais quitté.

Un grand vide, l’impression que ce que tu vois est une interprétation  malsaine de ton esprit, car tu es malheureusement confronté à ce que tu avais craint au plus haut point et qui arrive trop tôt.

Refus de la réalité, confusion des genres, bref un instant de solitude intense avec une douleur morale qui te fait comprendre ce que peut signifier l’amitié.

Nous te savions fatigué, nous te savions en sursis, mais chacun dans son coin, nous n’osions imaginer une issue si rapide et si injuste, et surtout, nous pensions qu’ avec nous tous, avec notre aide, nous aurions pu retarder au maximum l’inéluctable,et partager encore longtemps ta présence.

Egoïsme flagrant de ceux qui restent, car nous ne savons pas si nous te manquons, par contre toi, tu nous manques déjà.

Pleins de souvenirs en peu d’instants m’ont submergé ;  nos délires sur le banc du collège puis du lycée, nos digressions sur l’interprétation de GOTLIB, nos fous-rires en plein cours, nos weekend en commun il y a très très très longtemps.

Mais cela, c’était notre prime jeunesse, avec nos insouciances, nos excès, et ce qui me revient à la mémoire aujourd’hui, ce sont nos retrouvailles ou après tant d’années à la fois de silence et d’absence, je ne sais pour quelles raisons obscures, j’avais décidé de vous recontacter, et l’angoisse au moment ou  je vous attendais , en espérant et redoutant à la fois de ne pas être déçu par cette rencontre.

Le seul regret a été d’avoir attendu si longtemps de te retrouver.

Je ne crois pas que ce soit l’âge qui nous rend si sensible à une absence, mais plutôt ce que l’on a pu partager ensemble, et quelle importance si cela ne peut se reproduire, car au moins il nous restera les souvenirs de tant choses en commun, qui ne s’effaceront jamais, mais c’est vrai qui auraient pu être encore si  nombreux.

Au-delà du passé et des regrets, quel plaisir d’avoir réuni en cette fin de mois d’aout presque tous ceux qui comptaient pour toi, de nous avoir offert tes derniers délires, tes derniers sourires, ta gentillesse et ton humilité qui fait que ceux qui ont croisé ta route  ne t ont jamais oublié.

Je t’en veux mon ami de nous avoir quitté si tôt, nous avions tellement de choses encore à partager, à vivre, mais ou que tu sois, je sais qu’au moins non seulement, nous devons te faire sourire avec notre peine, mais  qu’en plus tu dois veiller sur nous et nous attendre, pour qu’ on se retrouve tous, un jour .

Bye Pierre, a plus.

 

 

Daniel VIDAL

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : DE LA LIBERTE DE PENSER
  • : Un blog est un endroit visible par tous ou on peut livrer ses pensées, ses coups de coeur, ses coups de gueule.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens