Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 15:34
force tranquille

BON ANNIVERSAIRE

Bon anniversaire pour un incroyable espoir, après tant d’années passées sous des présidents et gouvernements de droite, le 10 Mai 1981 a offert à la France une fête digne de la libération.

Je me souviens de ces instants précédents l’image électronique de tonton apparaissant sur l’écran de télé, avec en dessous notre cher Elkabbach complètement décomposé, ne croyant visiblement pas à l’histoire qui se mettait en marche ; je me souviens malgré les premières estimations que nous avions déjà aux alentours de 19 h dans les états major, de l’angoisse de retrouver comme en 1974, Giscard élu de peu ; je me souviens de ne pas oser y croire, tant que cette fabuleuse machine qu’était la télé allait nous livrer le nom de notre libérateur ; je me souviens de ces embrassades entre camarades qui avions tout fait dans nos fédérations pour élire enfin un Président de gauche à la tete de notre pays.

Je me souviens de ces instants fabuleux ou entre inconnus nous partagions une victoire commune, celle du peuple sur l’aristocratie et sur le mépris des tenants du pouvoir depuis si longtemps, et qui demain ne seraient plus que de simples opposants.

Malgré mon jeune âge, j’avais vécu 1974 comme une injustice d’avoir perdu de si peu une élection, et dans la foulée 1978, comme une trahison de parti communiste qui nous avait volé la victoire, et j’espérais qu’enfin en 1981, toutes ces frustrations, tous ces échecs seraient balayés par une renaissance de la démocratie à travers enfin la victoire du peuple qui souffre.

Je me rappelle les larmes de mon grand père qui retrouvait des souvenirs du front populaire pour célébrer cette fête du renouveau à travers l’élection de François Mitterrand.

Autant l’espoir suscité fut grand autant la déception fut immense, mais pour ces instants inoubliables, pour ces moments d'euphorie, pour cette victoire immense face au mépris du pouvoir en place, je n’oublierais jamais ces instants fabuleux du 10 Mai 1981.

Bien sur le bilan des années Mitterrand est loin d’être aussi positif qu’attendu, mais au moins, il a eu le mérite de sceller autour de sa candidature une joie et une force qu’aucun autre président depuis n’a puet ne refera pas renaitre.

Ho bien sur, il était autant de gauche que Strauss-Kahn est socialiste, que Chirac est sarkoziste et que Sarkozy est Président, mais de nouveaux visages sont apparus, de nouvelles idées novatrices ont vu le jour, et la gauche à travers des personnalités comme Delors ou Rocard ont montré qu’il était possible de gérer un pays autrement que par une politique de droite ou centriste.

J’ai un peu d’amertume lorsque je vois les uns et les autres se réclamer de l’héritage de 81, uniquement par calcul électoraliste avant nos présidentielles à venir au sein du PS, car aucun de ces candidats virtuels ou déclarés ne peuvent provoquer l’espoir certes déçu, mais au moins l’espoir qu’avait engendré le Président Mitterrand.

Je m’ouvrirais tout seul ce soir une bonne bouteille de vin en pensant à cette histoire et à cette victoire, ce que je ne ferais certainement pas quel que soit le vainqueur en 2012.

 

Daniel VIDAL

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 18:39

egypte-le-caire-des-millions-de-cairotes-rassembles-place-t

 

 

 

 

La chute du mur de Berlin, n’est plus rien sur le plan à la fois symbolique et géopolitique, face à ce qui se passe de nos jours dans les pays nord Afrique et Moyen orient.

 

Un petit bémol pour mon titre qui conjugue l’Algérie, alors que ce pays, parfaite dictature, n’est pas encore soumis aux soubresauts des autres, mais pour combien de temps encore.

Donc l’Afrique du nord bouge, et on ne peut que se féliciter d’une telle avancée de la démocratie, pour peu que les régimes balayés par le peuple ne soient pas remplacés  naguère comme en Iran par des extrémismes religieux.

Nous avons bien évidemment notre part de responsabilités, en ayant soutenu des présidences plus totalitaires que démocratiques, à la fois pour notre tranquillité et avouons le pour notre commerce.

Ces peuples, sortis de la colonisation, avec plus ou moins de bonheur mais surtout beaucoup de ressentiments, ont vu naitre une nouvelle caste de dirigeants qui ont pour la plupart, sous notre doux regard bienveillant pillé sans retenues et à leur profit les richesses de leurs pays en maintenant l’ensemble du peuple dans un état de semi pauvreté.

Comment s’étonner alors, après avoir connu l’échec de la colonisation, l’échec de la démocratie déguisée, que ces gens se tournent vers l’extrémisme ?

Nous avons par notre bienveillance intéressée fait le lit de l’islamisme politique naissant.

La place de l’Egypte dans ces changements est d’autant plus importante que par ses relations avec Israël, elle maintient à la fois un équilibre et un dialogue entre les frères ennemis.

Au moment ou j’écris ces lignes Moubarak quitte le pouvoir et le transfère via son vice président à l’armée, ce qui est la fois un signe inquiétant car l’armée bien souvent peine à mettre en place une démocratie réelle, et rassurant car si c’est le prix à payer pour éviter un nouvel  Iran, c’est tant mieux.

 

Daniel  VIDAL

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 10:58

croix-de-lorraine.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a 40  ans le Général Charles de Gaulle s’éteignait à Colombey les deux Eglises.

 

France info, France inter, France culture, ont voulu à travers quelques témoignages relater l’histoire de ce grand homme de notre pays, et ont essayé, mal leur en a pris de savoir ce qui pouvait rester de son action et de son souvenir.

Micro lycée, en lieu et place d’un micro-trottoir classique, à la sortie d’un lycée Charles de gaulle quelque part en France.

Les PPS que quelquefois nous voyons défiler sur internet à travers les perles du BAC, n’étaient rien en comparaison de ce que l’on a pu entendre sur ces radios.

Très peu de lycéens connaissaient l’histoire de ce général, pire quelques uns ont inventé, je cite : petit, gros, ha oui certains se sont souvenus qu’il avait un nez bizarre ; quant à l’histoire, son empreinte à part un qui avait plus une voix de prof que d’élève, il a su a peu prés résumer l’action du général, pendant la guerre.

Certains se sont souvenus qu’il avait fait un appel, qu’il s’était opposé à Pétain, mais peu ont souligné son action sur notre vie politique, sa paternité de la constitution actuelle, et encore moins ont pu expliquer quelle influence à part ce » prof élève » sur son action dans l’histoire de l’indépendance politique militaire et diplomatique de notre pays.

Je peux avoir l’air vieux con, à mon âge, mais à 15 ou 16 ans, je me souvenais de l’empreinte dans l’histoire de notre pays et de notre civilisation de personnalités comme  Vercingétorix, charlemagne, louis XIV, louis XVI, Robespierre, Danton, Bonaparte, napoléon, bref ce qui constitue depuis tant de siècles l’histoire de notre nation.

Cette constatation est lamentable, car de droite ou de gauche, Charles de gaulle a marqué de son empreinte indélébile l’histoire de notre pays et de notre monde.

J’ose à peine imaginer ce que l’on peut dire sur jeanne d’Arc, sur Philippe le bel, sur Saint louis, tous à mon avis avec des prénoms comme cela, candidats potentiels à une star’ac d’enfer.

Encore une fois, je ne veux pas… si tant pis soyons vieux con, parce que je trouve très attristant, affligeant qu’on ne puisse pas faire connaitre l’histoire de notre pays à ceux qui y vivent.

 

Les conseils régionaux de notre belle France feraient mieux de prévoir pour l’ensemble de leurs lycéens, au lieu de leur offrir (ce qui devient pour nos amis socialistes un argument politique) un ordinateur, une visite du Mémorial Charles de gaulle à Colombey, l’argent ainsi dépensée n’en serait que mieux utilisée, et aurait au moins le mérite de faire connaitre son histoire et l’influence qu’il a eu dans notre vie, depuis 1940.

 

Daniel VIDAL

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 15:31

 

 

 

 

 

  imagesCA93ZG7E

 

 

 

Entre 1550 et 1551, à Valladolid, étaient réunis  sous le haut patronage de Charles  QUINT, des theologiens, juristes, et administrateurs  du royaume d’Espagne, dans le but de définir la manière dont devaient se faire les conquêtes du « nouveau monde »

 

L’interrogation était de savoir si l’Espagne pouvait coloniser et dominer les indigènes ou habitants  de ce nouveau monde par une sorte de « droit de conquête » justifié moralement pour mettre fin à des modes de vie issus de la civilisation précolombienne, et notamment la remise en cause par l’Espagne du sacrifice humain pratique courante, ou au contraire instituer une sorte de « colonisation-émigration «  admise et permise par tous.

 

Ce débat opposa  un Dominicain Las Casas, et un théologien  Sépuelveda.

 

Las Casas plaide en référence à la philosophie de St thomas d’Aquin, selon la quelle en particulier toutes  sociétés  païennes  ou non, sont d’égale dignité, et surtout que la conversion à la foi doit se faire de manière évangélique, par l’exemple  et non par la force.

 

Sépueveda, s’appuyant sur les cas précis de comportement des indiens considère quant à lui que pour leur bien propre, ils doivent être mis sous tutelle espagnole, pour éviter de violer les règles de morale.

Il s’oppose à ce qui se pratique à savoir l’inceste, le cannibalisme, et admet que l’on puisse s’opposer en tant que civilisation y compris par la force à ces pratiques d’un autre âge.

Il souhaite grâce à ces conquêtes privilégier l’évangélisation prônée par le pape à l’ensemble des souverains catholiques de l’époque.

 

 

A l’issu de ce débat, Las Casas a été il faut l’admettre plus convaincant que son opposant, car cette conférence débouche sur plus de 6000 lois édictées en neuf livres ; paradoxalement, même si les indiens d’Amérique centrale et du Sud ont été « sauves », l’obligation de l’Espagne de trouver de la main d’œuvre a entrainé la généralisation de la traite des noirs vers les Amériques, et ce pendant des siècles.

 

Las Casas publie en 1552 le récit des exactions des conquistadors, récit dont se serviront très opportunément à la fois les Anglais et les Hollandais pour lutter contre le Royaume d’Espagne et faire oublier leurs propres exactions. Les protestants se serviront aussi de ce bouquin pour présenter l’Espagne pays catholique par excellence comme rétrograde et tres obscurantiste.

 

Ce fait historique ne doit néanmoins pas être confondu avec la fabuleuse pièce et film adapté de cette pièce, dont l’auteur  Jean Pierre Carrière, a préféré mettre l’accent sur l’existence  ou non de l’âme chrétienne chez un Indien, en prenant quelques libertés sur la vérité historique.

 « Je n’ai eu pour intention que de soumettre un récit diffus à une dramaturgie, que de tendre et durcir l’action. La vérité que je cherche dans le récit n’est pas historique, mais dramatique (Carrière, Jean-Claude, La Controverse de Valladolid, Note, Paris, Belfond, 1992.) « 

 

Le film avec Trintignant dans le rôle de Sépuelvéda, Marielle dans le rôle de Las Casas et Carmet comme prélat du pape est réellement à découvrir.

 

Pour ceux qui étaient à Avignon cet été, dans le cadre du Festival, Eric BOrgella a porté sur la scène du théâtre du Roy René une adaptation très réussie de cette pièce.

 

Daniel  Vidal

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : DE LA LIBERTE DE PENSER
  • : Un blog est un endroit visible par tous ou on peut livrer ses pensées, ses coups de coeur, ses coups de gueule.
  • Contact

Recherche

Archives

Liens